Contact GPS-MESURES SATCOM RADIOCOM IT EXTRÊME ACCUEIL

Classification Ex - Protection Ex européenne - Protection contre l'explosion
Classes de températures - Principe de base protection - Cas particulier - Protection IP

Principe de base protection

Les fabricants de composants pour les zones exposées aux explosions à cause de poussières doivent, entre autres, indiquer la température max. de la surface d’un composant pouvant entrer en contact avec des poussières (normalement en °C – l’indication de la classe de température est à éviter ici). Cette température est un élément du marquage Ex poussières.

    Exemples de marquage :
  • II 2 D T90°C IP64
    (Si la protection est assurée par le boîtier, l’indice de protection IP du boîtier est également indiqué).
  • II 2 D Ex iaD 21 T96°C
    (Cet appareil a déjà été autorisé suivant les nouvelles normes IEC « Sécurité intrinsèque poussières » - « iaD »). Cette norme prévoit que la zone correspondante soit également indiquée dans le marquage – dans ce cas 21).

Protection antidéflagrante poussières – température :
Les grandeurs caractéristiques inflammables et explosives des poussières dépendent de la nature des poussières dont il est question. Quelques paramètres importants et déterminants du comportement inflammable et explosif sont la taille et la forme de la particule, la teneur en eau, le degré de pureté et le cas échéant la teneur en solvants inflammables. En outre, la répartition des tailles de particules et la valeur médiane (valeur pour la taille moyenne de particule) doivent être connues.

D’après la directive 1999/92/CE (ATEX 137, anciennement : ATEX 118a), il incombe à l’exploitant / employeur de procéder à une évaluation de la dangerosité. C’est pourquoi il doit connaître la température minimale d’inflammation en couche et la température minimale d’inflammation des poussières.

Désormais, deux calculs simples sont effectués pour déterminer deux températures limites :

  • a) Température limite 1 = 2/3 de la température minimale d’inflammation
  • b) Température limite 2 = température minimale d’inflammation en couche* moins 75°K

Entre ces deux températures limites calculées, il faut à présent tenir compte de celle qui garantit la sécurité la plus élevée.

Exemple 1 :

Température d’inflammation minimale = +330°C,
température minimale d’inflammation en couche = +300°C

a) Température limite 1 = 2/3 x +330°C = +220°C
b) Température limite 2 = +300°C - 75°K = +225°C Sécurité plus élevée.

Température limite (1) = +220°C. Ici, un composant dont la température de surface max. en cas d’erreur est <= +220°C doit être utilisé. Comme cela a déjà été mentionné, une valeur correspondant au composant apparaît sur le marquage.

Exemple 2 :

Température d’inflammation minimale = +186°C,
température minimale d’inflammation en couche = +180°C

a) Température limite 1 = 2/3 x +186°C = +124°C
b) Température limite 2 = +180°C - 75°K = +105°C Sécurité plus élevée.

Température limite (2) = +105°C Ici, un composant dont la température de surface max. en cas d’erreur est <= +105°C doit être utilisé.

*La valeur pour la température d’inflammation en couche vaut pour une couche de poussière d’une épaisseur de 5 mm. Pour les épaisseurs de couches plus grandes, l’écart de sécurité de la température doit être encore augmenté.

(Haut de la page)